Revisium Formations Qualiopi
APPELEZ-NOUS !
0 805 035 135 Service & appel
gratuits

Le syndrome de l’imposteur vaincu par une formation


Comment se sentir légitime dans ses compétences ?

Se sentir légitime dans son métier et son travail n’est pas simple tous les jours. Et pourtant, vous êtes compétent, vous avez des missions, un métier, des tâches à faire, et vous le faites très bien ! Pourquoi ce sentiment vous colle-t-il à la peau alors ?

Pour les nouveaux métiers du web comme le rédacteur web, le référenceur SEO, ou le stratège digital, il n’y a point de diplôme… Or en France, les certifications ont plus de poids dans un recrutement que les compétences acquises et utilisées au quotidien. Le regard porté sur notre travail peut malheureusement en pâtir. De nombreuses personnes ne se sentent pas toujours légitimes au niveau de leur compétences mais également au niveau de leur rémunération.

Une formation, même non diplômante, permet de vaincre le syndrome de l’imposteur, dans n’importe quel domaine. Se former aide à légitimer, y compris au niveau psychologique, vos compétences. N’oubliez pas une chose : on apprend tout le temps mais aussi ailleurs qu’à l’école…

Comprendre le mécanisme du syndrome de l’imposteur

Le syndrome de l’imposteur est un sentiment que nous avons tous ressenti, au moins une fois dans notre vie. Que ce soit au niveau de notre travail, de nos compétences, de notre perception à réussir, ou des missions que nous sommes capable de remplir, se sentir légitime est une condition indispensable pour un travail de qualité. La confiance en soi est la clé de la réussite, et lorsqu’elle vient à manquer, on se sent perdu et parfois incapable d’atteindre son objectif.

C’est précisément là que le syndrome de l’imposteur s’insinue dans votre esprit et s’ancre dans les croyances inconscientes.

Histoire de l’identification du syndrome de l’imposteur

Le terme syndrome de l’imposteur a été inventé en 1978 par deux femmes psychologues cliniciennes : Pauline Rose Clance et Suzanne A. Imes. Face à cette problématique, les psychologues ont pu étudier le syndrome de l’imposteur auprès d’un panel important de personnes. 70 % des patients ont mis en évidence une période de sérieux doutes dans leur carrière, dans la réalité ou dans la légitimité d’un succès.

Ce syndrome se matérialise par des pensées négatives envahissantes et omniprésentes. Sans une forme de thérapie ou de prise de conscience personnelle, ces pensées peuvent devenir invalidantes. Les personnes intelligentes (ou dites surdouées) partent souvent de l’idée que les travaux réalisés sont trop simples et bien trop évidents pour mériter de l’attention, de la reconnaissance, ou une quelconque récompense. Alors que cette idée est totalement fausse. Si vous parvenez à réaliser un travail qui vous paraît simple, c’est parce que vous avez suffisamment de connaissances pour y parvenir ou que vous avez expérimenté plusieurs fois pour obtenir ce résultat. Peu de choses sont innées dans le monde du travail. Nous avons tous travaillé à un moment ou à un autre pour parvenir à de bons résultats.

À côté de cela, le complexe de l’imposteur peut aussi être lié à la peur de réussir. Dans cette conception de la vie, ce syndrome empêche les personnes qui en sont victimes de développer pleinement leur potentiel. Elles sont alors inconsciemment convaincues que leur réputation est usurpée. Ces personnes ont tendance à fuir toute possibilité qui leur permettrait d’aller encore plus loin. Elles vivent dans le doute et pensent qu’un jour elles seront démasquées et que quelqu’un fera la preuve de leur incapacité. Là aussi, ce sentiment est difficile à combattre.

Et bien entendu, c’est entièrement faux, mais il est difficile de se battre contre une croyance, un sentiment ou une perception personnelle. La patience et la bienveillance sont alors d’excellentes armes pour vaincre le syndrome de l’imposteur ou tout simplement aider une personne que l’on aime à dépasser ces pensées négatives et handicapantes. Ensuite, au-delà de la prise de conscience, certaines personnes ne parviennent pas à passer outre ce sentiment. Dans ce cas, peut-être est-il de conforter ses connaissances par une certification, une formation diplômante ou non, un examen correspondant.

Comment vaincre le syndrome de l’imposteur ?

L’esprit humain est une machine complexe et particulièrement créative. Pour « justifier » une soi-disant escroquerie de compétences, la personne va déployer des montagnes d’énergie afin de réaliser le travail demandé. Les personnes s’épuisent alors plus facilement et perdent plus vite confiance. Pour éviter cela, il est important de les accompagner avec un management bienveillant et créatif.

En effet, on peut pousser ce type de personnes vers le positivisme avec des remarques et des stratégies bienveillantes. Ainsi on peut les aider à prendre conscience de leurs compétences et de leur valeur. Un management bienveillant est une excellente technique pour développer et fortifier l’esprit d’équipe et, par la même occasion, aider les personnes touchées par le syndrome de l’imposteur. Dans une équipe comme dans un métier autonome, cela ne doit surtout pas vous bloquer dans votre progression. Il est important de prendre conscience de vos sentiments pour remédier à la situation et avancer.

Dans le cas des freelances, ou autodidactes, on est souvent seuls face à ses doutes. Aucun manager, aucun patron, mais des compétences et des connaissances à exploiter. Soit ! Pour s’aider soi-même, commençons par faire de l’introspection. Demandez-vous si vous avez des pensées négatives et dans quelles mesures elles vous ralentissent dans votre prise de décision et d’avancement de vos projets.

Briser le plafond de verre grâce à la formation

Le syndrome de l’imposteur est une situation souvent vécue par la gente féminine. Bien entendu, les hommes ne sont pas non plus des rochers qui ne doutent jamais ni de rien ! Au contraire, ils ont aussi besoin de confiance en soi, d’être rassurés et félicités. Toutefois, rappelons que les femmes se placent dans une bataille perpétuelle, contre la société, contre les stéréotypes, contre les préjugés et toutes les formes d’agressions qui brisent la confiance.

Le plafond de verre est une expression qui nous arrive des USA. Elle date des années 1979, et elle est directement liée au syndrome de l’imposteur. Cette expression désigne le fait qu’une personne ne peut pas nécessairement accéder à une position hiérarchique professionnelle supérieure, du fait de son sexe, de ses croyances sur elle-même ou autres mais pas à cause de ses compétences – dans les faits, la personne n’ose même pas penser et encore moins demander une meilleure position. Cette définition s’applique particulièrement bien aux femmes, qui n’ont pas accès aux postes à responsabilités, bien souvent parce qu’elles ne postulent pas, tout simplement.

C’est une barrière invisible et imaginaire qui empêche de grandir dans le domaine professionnel. Ce plafond est composé de tous nos freins, nos incertitudes, nos doutes et toutes les difficultés que nous rencontrons dans le métier et le travail effectué. Les femmes sont encore loin de voir ce plafond de verre brisé même si quelques réussites ont brillé ces dernières années.

la femme sera vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente… 

Françoise Giroud

On compte aujourd’hui, 8 % de femmes dans les CA (Conseil d’Administration) des entreprises du CAC 40, mais elles sont désormais présentes dans 31 % des postes de cadres administratifs et commerciaux. Le moyen le plus simple et le plus accessible pour faire valoir ses connaissances et ses compétences, dans la société actuelle française, est de les valider par une certification ou un diplôme.

De nouvelles formations, et des certifications pour valider les connaissances et solidifier les compétences

Dans le web, depuis quelques années et grâce à la pratique quotidienne dans les nouveaux métiers, des formations certifiantes et diplômantes commencent à voir le jour. C’est ainsi qu’il devient possible de se former à la rédaction web, à la construction d’une stratégie de contenu ou d’une stratégie digitale, de la gestion des réseaux sociaux ou encore de la mise en place d’un site internet pour vendre des produits ou proposer des services.

Ces nouvelles formations vous permettent, non seulement, de vaincre votre syndrome de l’imposteur mais également d’ajouter des connaissances et des compétences validées et reconnues officiellement à votre CV. N’attendez plus et profitez de votre précieux temps pour apprendre de nouvelles techniques, perfectionner celles que vous utilisez déjà, ajouter des compétences à votre arc, et amusez-vous. Car plus on est positif, plus c’est facile.

Découvrir les formations 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NEWSLETTER

Recevez toutes les nouveautés par email
1 2
image mailing list   Thank you for Signing Up
image mailing list
Certification Qualiopi

La certification qualité a été délivrée au titre de la catégorie d'actions suivantes :

  • L.6313-1 - 1° Actions de formation
Mon compte formation - CPF
Datadock
Certification Voltaire Audrey Schoettel
Revisium
© Revisium. Tous droits réservés. Produit par Revisium. CSS Valide ! WCAG 2.0 (Level AA)

Outils d'accessibilité